Le groupe Emirates annonce sa 27e année consécutive de profits

Le groupe Emirates annonce sa 27e année consécutive de profits et de croissance régulière dans l’ensemble de ses activités, clôturant ainsi l’année en solide position malgré les défis opérationnels et le contexte international auxquels le groupe a dû faire face au cours de cette période.

Pendant l’exercice clos au 31 mars 2015, Emirates et dnata ont rempli des objectifs en termes de capacités nouvelles, alors que le Groupe poursuivait son expansion à l’international et renforçait son volume d’affaires grâce à des investissements stratégiques.
Comme annoncé ce jour dans son Rapport annuel 2014-15, le groupe Emirates a enregistré un bénéfice de 5.5 milliards AED (1.5 milliards US$), en hausse de 34 % sur l’exercice précédent. Le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 96.5 milliards AED (US$ 26.3 milliards), soit 10 % de plus que l’année dernière, et le solde de trésorerie du Groupe demeure solide, en croissance de 20 milliards AED (5.5 milliards US$). « 2014-15 aura été une période mouvementée pour le secteur aéronautique. La chute du prix du pétrole a toutefois permis un allègement des coûts au cours du second semestre, qui n’a cependant pas compensé l’impact sur notre rentabilité qu’a provoqué une fluctuation significative des devises, ni l’impact sur notre chiffre d’affaires provenant des ajustements opérationnels nécessaires en réponse à l’épidémie Ebola, aux conflits armés dans plusieurs régions du monde, et aux travaux de modernisation des pistes sur l’aéroport international de Dubaï (DXB), pendant presque trois mois.
Cette 27e année consécutive de profits, avec des performances qui comptent parmi les meilleures enregistrées à ce jour, attestent de la solidité de nos marques et de nos fondamentaux, et bien sûr du talent et de l’engagement de nos équipes », explique Son Altesse Sheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président-général du Groupe et de la compagnie aérienne Emirates. L’envolée du dollar US face aux autres devises, sur de nombreux marchés clés pour Emirates et dnata, s’est traduite par un impact de 1.5 milliards AED (412 millions US$) sur les résultats financiers du Groupe. L’interruption pour travaux sur l’aéroport de DXB a quant à elle eu un impact estimé à 1.7 milliards AED (467 millions US$) sur le chiffre d’affaires.
« Chaque année nouvelle apporte son lot de défis. Pour y répondre, nous sommes toujours guidés par l’intérêt de nos collaborateurs, de nos clients, et de nos objectifs à long terme. En tant que Groupe, nous sommes bien sûr extrêmement attentifs à nos résultats financiers, mais nous ne levons jamais le pied quand il s’agit d’investir pour améliorer nos performances et assurer le bien-être de notre personnel. En 2014-15, le Groupe a investi collectivement plus de 20.2 milliards AED (US$ 5.5 milliards) dans de nouveaux avions et équipements, des installations modernes, des technologies de nouvelle génération, et des initiatives dédiées à notre personnel. Cet investissement est le deuxième plus important consenti au cours d’un seul exercice financier, après le chiffre record consenti l’année dernière. »
Les effectifs du Groupe, dans l’ensemble de ses quelque quatre-vingt filiales et sociétés, ont augmenté de 11 % pour se situer à 84 000 personnes, représentant plus de 160 nationalités différentes. « Si l’on se projette dans l’avenir, on peut raisonnablement penser que l’incertitude qui touche de nombreuses devises, et divers marchés à travers le monde, devrait continuer à engendrer des défis, de même que la menace latente de protectionnisme qui se dessine dans certains pays. Nous abordons toutefois avec confiance ce nouvel exercice, d’autant que nous bénéficions de saines fondations pour poursuivre notre rentabilité, avec un bilan et un historique solides, un portefeuille global diversifié et un pool de collaborateurs internationaux talentueux », souligne Sheikh Ahmed.
« Nous allons poursuivre dans cette voie de régularité et de croissance rationnelle, et déployer encore plus d’efforts pour répondre, et aller même au-delà, des attentes de nos clients. » En ligne avec la croissance globale des profits, le Groupe a déclaré un dividende de 2.6 milliards AED (700 millions US$) auprès de l’Investment Corporation de Dubaï.
Emirates Group :
Les performances d’Emirates En 2014-15, Emirates a augmenté de 4 milliards ses capacités ATKM (tonnes-kilomètres disponibles). Pour la première fois dans l’histoire de la compagnie, sa capacité totale de transport de passagers et de fret a franchi la barre des 50 milliards, atteignant 50.8 milliards ATKM au terme de l’exercice, confirmant ainsi sa position de première compagnie aérienne internationale dans le monde. Emirates a pris livraison de 24 nouveaux avions au cours de l’année, dont douze A380, dix Boeing 777-300ER et deux Boeing 777F, ce qui porte le total de sa flotte à 231 appareils.
Au cours de cette même période, dix avions ont été retirés du service, ce qui porte à 75 mois l’âge moyen de la flotte – soit quasiment la moitié de l’âge moyen (140 mois) des flottes actuellement en service dans le monde. La compagnie demeure le premier opérateur mondial de Boeing 777 et A380 – ces deux appareils comptant parmi les gros-porteurs les plus modernes et les plus économiques aujourd’hui en service.
Avec la livraison de nouveaux appareils, Emirates a inauguré cinq destinations nouvelles pour le transport passagers : Abuja, Bruxelles, Budapest, Chicago, Oslo, et cinq liaisons supplémentaires pour le transport du fret : Atlanta, Bâle, Los Angeles, Mexico et Ouagadougou. La compagnie a également ajouté des services et augmenté ses capacités vers 34 villes sur son réseau existant en Afrique, Asie, Europe, Moyen-Orient et Amérique du Nord, offrant à ses clients un choix de connectivité encore plus large.
La fermeture des pistes sur l’aéroport de DXB, pendant presque trois mois, s’est traduite par l’immobilisation de dix-neuf avions, réduisant ainsi de 9 % les capacités de la compagnie, et entraînant une réduction des services vers 41 destinations au cours des quatre-vingt jours qu’ont duré les travaux de modernisation. L’impact sur le chiffre d’affaires de la compagnie est estimé à 1.6 milliards AED (436 millions US$).
L’épidémie Ebola en Afrique a entraîné des suspensions sur certains itinéraires et nécessité le renforcement des opérations de sécurité et de filtrage sanitaire à d’autres points de passage. D’autres aspects géopolitiques se sont pour leur part traduits par la suspension de certains services et la modification d’itinéraires pour éviter notamment le survol de zones de Malgré ces défis, Emirates a enregistré un nouveau chiffre d’affaires record de 88.8 milliards AED (24.2 milliards US$).
Le prix moyen du carburant a baissé de manière significative au cours du second semestre de l’exercice, permettant indirectement de soutenir l’amélioration des résultats financiers de la compagnie. La facture de carburant a diminué de 7 % par rapport à l’année précédente, se situant à 28.7 milliards AED (7.8 milliards US$ ).
Le carburant représente aujourd’hui 35 % des charges d’exploitation, en diminution de 4 % par rapport à l’année écoulée. Le carburant demeure toutefois le coût le plus lourd pour la compagnie. Les charges d’exploitation totales ont augmenté de 6 %, comparativement à une augmentation du chiffre d’affaires de 7 % sur l’exercice 2013-14. La compagnie a su gérer au mieux la pression concurrentielle accrue sur l’ensemble des marchés, pour enregistrer un bénéfice de 4.6 milliards AED (1.2 milliards US$), en augmentation de 40 % sur les résultats de l’année dernière, avec une marge bénéficiaire significative de 5.1 % ( la plus forte depuis 2010-11).
Avec le chiffre record de 49.3 millions de passagers transportés, en hausse de 11 % sur l’année précédente, Emirates a enregistré un taux d’occupation de 79.6 %, en augmentation par rapport aux résultats de l’année écoulée (79,4 %), malgré une augmentation de 9 % de sa capacité ASKM (sièges- kilomètres disponibles).
Ces excellents résultats mettent en évidence la volonté affirmée des voyageurs de voler à bord des avions haut de gamme de la flotte Emirates, en empruntant notamment les itinéraires les plus efficaces via sa plaque tournante de Dubaï. Sous la pression suscitée par l’affaiblissement des principales devises face au dollar, le rendement par passager est tombé à 29.7 fils (8.1 cents US) de revenus par passager-kilomètre (RPK).
Emirates a également amélioré son taux d’occupation Premium malgré l’incertitude persistante du climat économique et une forte concurrence sur de nombreux marchés. Les taux d’occupation Premium et global pour l’A380, avion phare de la flotte Emirates, ont été les meilleurs du réseau, soulignant la popularité des produits Premium d’Emirates, et de ses A380, auprès des passagers. Au 31 mars 2015, Emirates comptait cinquante-neuf A380 au sein de sa flotte, desservant une destination sur quatre sur son réseau passagers.
Pour financer la croissance de sa flotte, Emirates a levé au total 18.7 milliards AED (5.1 milliards US$), via différentes structures de financement. La compagnie a posé un jalon majeur dans l’histoire du transport aérien, avec le premier contrat de location-exploitation JOL (Japanese Operating Lease) pour un A380. Emirates a également procédé à un contrat JOL avec option d’achat (JOLCO) pour un Press release 2014-15, 7 May 2015 – V3.5 A380-800, afin d’élargir la base investisseurs de l’A380 sur le marché japonais. Au cours de l’année, Emirates a également mené à bonne fin des transactions de vente et leaseback portant sur cinq Boeing 777-300ER et un Boeing 777-200ER.
Le point fort de l’exercice en matière de financement a été l’émission d’obligations Sukuk garanties UKEF (UK Export Finance) pour un montant de AED 3,4 milliards (US$ 913 millions) pour financer l’acquisition de quatre A380 dont la livraison est prévue en 2015. Cette transaction constitue le premier financement Sukuk réalisé dans le monde, étayé par l’UKEF, et la plus importante jamais réalisée sur les marchés financiers dans le secteur aéronautique, avec garantie de l’Agence de crédit à l’exportation.
Ces transactions s’inscrivent dans le cadre de la stratégie définie par Emirates pour identifier diverses sources de financement. Elles soulignent aussi la solidité de ses fondamentaux financiers et la forte confiance des investisseurs dans le modèle économique de la compagnie aérienne. Emirates a clos son exercice financier avec un solide cash flow s’élevant à 13.3 milliards AED (3.6 milliards US$), généré par ses activités d’exploitation.
Les revenus générés dans les six régions où Emirates est présent continuent d’être correctement équilibrés, aucune de ces régions ne représentant plus de 30 % du chiffre d’affaires global. L’Europe est la région qui contribue le plus à ces revenus, avec 25.2 milliards AED (6.9 milliards US$), en hausse de 7 % sur l’exercice 2013-14. L’Asie de l’Est et l’Australasie suivent de près, avec une augmentation de 3 % du revenu de ces régions, qui ont généré 24.6 milliards AED (6.7 milliards US$).
La croissance la plus importante, avec 20 %, a été enregistrée par les Amériques, avec 11 milliards AED (3 milliards US$). Les revenus des pays du Golfe et du Moyen-Orient ont augmenté de 4 %, à 8.6 milliards AED (2.3 milliards US$). Dans le reste du monde, Emirates a enregistré une augmentation significative de ses revenus, notamment en Asie occidentale et dans l’Océan indien, en hausse de 11 %, à 9.2 milliards AED (2.5milliards US$) et en Afrique, avec 8.1 milliards AED (2.2 milliards US$), en hausse de 5 %.
Conformément à sa politique centrée sur la satisfaction client, Emirates a investi l’année dernière plus de AED 73 millions (US$ 20 millions) pour équiper sa flotte d’une technologie Wi-Fi gratuite. Au 31 mars 2015, 107 de ses A380 et B777 offraient ce service gratuit à ses passagers. La compagnie a également inauguré de nouveaux salons dédiés à Glasgow et à Los Angeles, ce qui porte à 37 le nombre total de salons Emirates dédiés actuellement disponibles dans le monde.
Emirates a également ouvert un nouveau centre de contact clients de 300 places à Budapest afin de soutenir sa croissance et d’élargir ses capacités en termes de réponse clients et de langues d’accueil. En ce qui concerne les perspectives de l’année 2015-16, Emirates a déjà annoncé la mise en œuvre de deux nouvelles destinations – Denpasar et Orlando -, outre différentes augmentations de capacité sur des liaisons existantes.
L’exercice 2014-15 a été extrêmement satisfaisant pour Emirates SkyCargo qui a enregistré un chiffre d’affaires de 12.3 milliards AED (3.4 milliards US$), avec une hausse très remarquable de 9 % sur l’année précédente. Contribuant à hauteur de 15 % aux revenus totaux des activités transport de la compagnie aérienne, Emirates SkyCargo continue de jouer un rôle à part entière dans les opérations en pleine expansion de l’entreprise.
Le tonnage transporté par Emirates SkyCargo a fortement augmenté (15 %) pour atteindre 2.4 millions de tonnes, sur un marché du fret aérien évolutif et concurrentiel, avec une demande changeant rapidement. Les performances enregistrées par Emirates SkyCargo soulignent son aptitude à assurer la croissance de ses revenus malgré une tendance générale contraire. Le rendement du fret mesuré en tonnes-kilomètres (FTKM) a diminué cette année de 1%, et a également été impacté par la faiblesse des principales devises sur les marchés.

Le 1er mai 2014, Emirates SkyCargo a franchi une nouvelle étape majeure dans son histoire avec le transfert de ses opérations de transport de fret vers son nouveau terminal sur l’aéroport international Al Maktoum de Dubai World Central (DWC). Pouvant traiter 700 000 tonnes de fret annuellement, le nouveau terminal de DWC est doté des technologies les plus récentes, et offre le potentiel nécessaire pour de nouvelles extensions lui permettant de traiter 1 million de tonnes de fret par an, positionnant ainsi ce secteur d’activité pour assurer une croissance future.
Au terme de l’exercice financier, la flotte d’avions-cargo d’Emirates SkyCargo comptait quatorze appareils – douze Boeing 777F, et deux Boeing 747-400F. Le secteur hôtelier d’Emirates a enregistré un chiffre d’affaires de 693 millions AED (189 millions US$), ce qui constitue une hausse significative de 23 % sur l’année précédente.
Cette évolution positive a été étayée par l’inauguration de la seconde tour du JW Marriott Marquis Hotel de Dubaï, l’hôtel le plus haut du monde. Les performances de dnata Au cours de ses 56 ans d’existence, l’année 2014-15 a été la période la plus profitable jamais enregistrée par dnata, en s’appuyant sur les solides résultats de l’exercice précédent.
Dnata :
Le chiffre d’affaires en hausse de dnata s’établit à 10.3 milliards AED (2.8 milliards US$), franchissant pour la première fois la barre des 10 milliards AED. Les activités internationales de dnata représentent aujourd’hui plus de 60 % de son chiffre d’affaires.
Cette hausse substantielle de son chiffre d’affaires (36 %) a été acquise grâce à une croissance organique, et a bénéficié de la première année complète d’exploitation du Gold Medal Travel Group acquis par dnata Travel en mars 2014, mais aussi de l’acquisition en octobre 2014 de Stella Travel (Grande-Bretagne), et des 50 % restants du capital de Toll dnata (Australie), en mars 2015. La cession de mercator, l’activité IT aéronautique de dnata, a été finalisée au cours de l’exercice 2014.
Adossé aux niveaux d’investissement record de l’année écoulée, dnata a continué de poser les fondations d’une croissance future en investissant AED 560 millions (US$ 153 millions) dans son secteur d’activité. Au cours de l’exercice 2014-15, ses principaux investissements ont inclus : un nouveau centre de contact de 700 places aux Philippines ; de nouveaux salons pour les aéroports de Manille et de Dubaï ; de nouvelles cuisines halal en Italie ; nouvelles installations pour le fret en Australie, en Irak, au Pakistan, à Singapour, en Suisse, dans les EAU, et en Grande-Bretagne ; un nouveau point de contact individuel pour les activités voyages/loisirs à Erbil.
Le chiffre d’affaires généré par les opérations aéroportuaires de dnata dans les EAU, y compris les opérations de manutention avions et fret, ont connu une hausse modérée de 5 %, pour atteindre 2.5 milliards AED (685 millions US$).
Ces opérations ont été significativement impactées par la fermeture des pistes de DXB pendant 80 jours. Au cours de cette période, les compagnies aériennes ont dû réduire leurs fréquences ou utiliser des avions plus petits. L’impact sur les revenus de dnata a été estimé à 113 millions AED (31 millions US$). Le nombre d’avions pris en charge a augmenté modérément de 2%, soit 189 000 appareils, alors que le traitement du fret chutait de 7%, à 734 000 tonnes. Dubai World Central représente aujourd’hui 36 % des activités de traitement du fret de dnata à Dubaï.
La division de dnata en charge des opérations aéroportuaires internationales a enregistré une hausse de 16 % de son chiffre d’affaires, à hauteur de 1.6 milliards AED (434 millions US$ ), qui s’explique en grande partie par l’augmentation du volume d’affaires en Grande-Bretagne. Le nombre d’avions pris en charge a augmenté de 5%, soit 110 000 appareils, alors que le fret enregistrait une croissance substantielle de 15%, avec 937 000 tonnes de marchandises traitées. Ces résultats sont également le fruit des investissements consentis les années précédentes dans de nouvelles installations internationales de traitement du fret, notamment en Grande-Bretagne.
L’activité Catering/restauration de dnata a représenté 2 milliards AED (US$ 552 millions) de son chiffre d’affaires total, en hausse de 7 %. L’activité restauration de bord a permis de servir plus de 46 millions de repas au cours de l’année, ce qui constitue une solide croissance de 13 %, grâce notamment aux opérations consolidées en Italie, et de la croissance enregistrée en Grande- Bretagne. Les revenus générés par la division Travel Services/Voyages de dnata sont en forte hausse, avec 278 % d’augmentation, pour atteindre 2.7 milliards AED (726 millions US$) et représentent aujourd’hui le segment d’affaires le plus important de dnata en termes de contribution à ses revenus.
Ces excellents résultats sont attribuables en grande partie à la croissance enregistrée en Grande- Bretagne, avec l’impact positif d’une année complète d’exploitation du Gold Medal Travel Group acquis en mars 2014, et les activités de Stella Travel nouvellement acquises en octobre 2014. La valeur totale de la transaction (TTV) pour les services voyages vendus a fortement augmenté (66 %) pour atteindre 9.8 milliards AED (2.7 milliards US$). En 2014-15, les charges d’exploitation de dnata ont augmenté à hauteur de AED 9.3 milliards (US$ 2.5 milliards), reflétant l’impact de l’intégration des sociétés nouvellement acquises, dans ses activités aéroportuaires et de voyage.
Le solde de trésorerie de dnata, qui s’établit à 3.1 milliards AED (845 millions US$) a fortement augmenté par rapport à l’année précédente, dû en grande partie aux nouvelles acquisitions. C’est le chiffre le plus important jamais enregistré par la compagnie.
Ces activités ont permis de générer AED 1.1 milliards (288 millions US$) de cash flow opérationnel en 2014-15. Les effectifs de dnata sont passés à 27 000 personnes, soit une croissance de 19 % en incluant les personnels des sociétés nouvellement acquises.
Avec une présence de plus en plus forte à l’international, le ratio des personnels de dnata basés dans les EAU a chuté de 50%.
D’après communiqué
 

Articles similaires