Tunisie : la ministre de la Culture présente ses priorités

site_antique_Carthage.jpgLors d’une conférence de presse tenue le 15 avril 2015 à la Kasbah, la ministre de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, Latifa Lakhdhar, a présenté les priorités du ministère au cours des 100 jours de son exercice.

Les cinq mesures prioritaires se présentent ainsi :
1-Achèvement du projet de la Cité de la Culture
La Cité de la Culture revêt une grande importance en raison de l’absence d’un espace culturel distinct dans la scène nationale qui répond aux exigences de la créativité contemporaine et des grands spectacles artistiques, qui font de la Tunisie un pôle culturel aux niveaux régional et international et une destination bien connue sur la scène du tourisme culturel mondial.
Cependant, les travaux ont été suspendus depuis Novembre 2011 et le contrat a été résilié avec l’entrepreneur tchèque au mois de Janvier 2015, en raison de l’impossibilité de parachever le projet.
*Mesures programmées:
Le ministère s’est approprié le site, a assuré sa garde et il est en phase de préparation des dossiers pour le lancement des appels d’offres internationales de financement pour l’achèvement de la première tranche et la réalisation de la deuxième tranche du Musée national des civilisations.
Les appels d’offres Internationales seront annoncés à la fin du mois d’avril ou au début de mois de mai 2015.
Les travaux devraient démarrer au cours du dernier trimestre de l’année en cours, de manière que la première tranche soit prête vers le début du deuxième trimestre 2017 et la deuxième au cours du deuxième trimestre 2018.
Le coût de la réalisation est estimé à 120 MD et la durée de travail est de 30 mois. Les travaux de la première tranche s’achèveront dans 18 mois comme prévu.
2- Sauvegarde du patrimoine et son intégration dans le développement durable
Le patrimoine se caractérise par une richesse unique, les sites archéologiques et les monuments sont d’environ 40 milles sites outre un grand réseau de musées et de patrimoine immatériel.
Toutefois, ce réservoir nécessite constamment de gros moyens humains et matériels actuellement non disponibles, ce qui le rend vulnérable et sujet aux agressions, pillage et abus.
Ceci nécessite une révision générale de l’ensemble du système de sauvegarde du patrimoine au niveau de la conception, supervision et structure,outre l’installation de mécanismes efficaces pour sauvegarder le patrimoine et le protéger d’une part et le valoriser pour en faire l’un des affluents de développement durable d’autre part.
*Mesures programmées
Protection et sécurité
Renforcement de la sécurité et de la surveillance dans les sites archéologiques dans le but de préserver ce patrimoine et de le protéger. Le ministère recrutera 400 agents temporaires à cette fin.
-Création de la cellule de sauvegarde et de surveillance au sein de l’Institut national du patrimoine sous la tutelle d’un haut cadre spécialisé de la sécurité qui aura la charge de mette en place une stratégie globale de protection et de prévention.
-Mise en place de 120 bacs à fleurs géants pour éviter toute irruption à ces sites, ainsi que 50 détecteurs de métaux dans les musées les plus visités et installation d’une caméra de surveillance dans les points d’accueil sur les grands sites archéologiques à l’instar de ceux d’El Jem, Sousse et Carthage.
-Mise en place d’équipements d’éclairage dans quatre sites :Carthage, Byrsa, Toffat, ports puniques.
-Installations de caméras de surveillance et mise en place d’une salle de contrôle sur les sites archéologiques ainsi que dans le musée de Carthage.
-Déplacement du guichet du Bardo de l’intérieur du musée.
-Application des décisions de justice et obligation des parties concernées à respecter la loi relative à l’évacuation de certains sites archéologiques comme les ports puniques, et le site « El Karraka ». Ces parties seront aussi tenues d’appliquer la loi en ce qui concerne l’attribution de permis de construction qui doivent s’adapter au plan d’aménagement urbain spécifique aux villes antiques.
Considérer le patrimoine comme facteur de développement durable
-Réalisation des marchés relatifs aux sites culturels pour en assurer une meilleure exploitation et les intégrer dans le paysage culturel et le circuit économique. 7 appels d’offre sont en cours d’étude.
-Mesures relatives à l’ouverture d’espaces commerciaux aménagés au profit des artisans dans les musées du Bardo et de Sousse.
-Etude de la création de circuits touristiques culturels dans les régions sur le patrimoine matériel et immatériel à Djerba, Mahdia et Kairouan.
-Généralisation des points de renseignement dans tous les aéroports, gares et ports.
-Organisation d’une journée ouverte avec les agences de voyage internationales représentées en Tunisie pour faire connaitre le patrimoine culturel du musée de Bardo.
-Mise à jour du guide touristique des musées de Bardo et de Sousse.
3. Sollicitude en faveur des créateurs et des hommes de culture
Le ministère de la Culture accordera davantage d’intérêt à cette catégorie sur les plans social et matériel.
*Mesures programmées
-Démarrage des concertations entre les ministères concernés (Affaires sociales et Finances) en vue d’augmenter la pension mensuelle des créateurs et hommes de culture souscrits à la Caisse de sécurité sociale.
-Amendement du décret relatif aux conditions d’intervention du Fonds d’encouragement à la création littéraire afin de couvrir le déficit structurel du système de sécurité sociale destiné aux artistes et créateurs et ce, à travers le transfert de crédits via cette caisse.
-Conclusion d’accord avec l’Hôpital militaire afin de permettre aux créateurs d’y être admis pour des soins de santé.
-Augmentation des prêts alloués aux créateurs de 80 milles dinars à 130 milles dinars et ce, dans le cadre du programme de soutien des créateurs et artistes .
-Création d’un statut professionnel pour les artistes et révision de la structure juridique relative à l’attribution de la carte professionnelle pour les différents types d’artistes.
4- sauvetage immédiat de la réserve nationale d’arts plastiques acquis par le ministère
La réserve importante qui compte près de 1200 œuvres artistiques acquises par le ministère, représente une véritable richesse artistique et un patrimoine national inestimable. Son entretien, sa conservation et son enseignement sont devenus une priorité, en raison de son importance culturelle et historique.
L’état des lieux au service de la conservation, de la protection et de la documentation dédiés à cette réserve ne répond plus aux spécifications requises dans ce domaine et nécessite la prise de plusieurs mesures urgentes.
*Mesures programmées
-Inventaire de la réserve conformément aux standards internationaux approuvés dans les musées internationaux.
-Accélération du déplacement de cette réserve vers un espace répondant aux normes de conservation des œuvres d’art.
5. Amélioration de l’activité dans les maisons de culture
Les maisons de culture représentent une structure de base pour la décentralisation culturelle, seulement, le diagnostic de l’état actuel de ces établissements culturels a mené aux conclusions suivantes:
Le nombre des maisons de culture est de 220 dont 70 parmi elles disposent d’un cadre de travail adéquat.
L’état général de ces maisons nécessite des interventions urgentes pour améliorer l’infrastructure, telle que les bâtiments, l’équipement, les réseaux et autres afin que leur rôle soit plus performant et qu’elles puissent attirer plus de visiteurs.
*Mesures programmées
-Lancement du programme de restauration de 70 établissements culturels estimée à une valeur de 2MD.
-Activation des accords de partenariat entre les ministères de l’Education, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et de la Femme et de l’Enfance afin de lier les élèves, les étudiants et les clubs d’enfants avec les institutions culturelles.
-Conclusion de nouveaux accords de partenariat avec les associations régionales pour renforcer les particularités régionales et enrichir les contenus de l’activité culturelle.
-Création de 6 centres culturels pilotes dans les régions, pour en faire des espaces de rayonnement et d’attraction culturelle, tel que :
Le centre culturel de Siliana, la maison de la culture Ibn Rachik, le centre culturel de Monastir, Le centre culturel de Sfax, la maison de la culture de Kebili et le centre culturel de Médenine.

D’après communiqué
 

Articles similaires