Tunisie : Najem Gharsalli déclare-t-il la guerre aux déchets ?

Le ministre de l’Intérieur, Najem Gharsalli, a effectué, hier, jeudi 9 avril 015, une visite brève et inopinée au gouvernorat de Bizerte.

Brève certes, mais qui lui aurait permis, selon les informations officielles, de prendre connaissance de la réalité vécue dans les quartiers et cités populaires à Zarzouna et Menzel Jemil, mais également à la cossue zone résidentielle de la Corniche. Il a ainsi acquis une idée précise des conditions de vie de catégories socialement et économiquement dissemblables. Il s’est enquis, bien évidemment, des conditions de travail des forces de l’ordre et de leur capacité morale et matérielle à remplir leur mission de sauvegarde de la sécurité générale dans les cités.
Le ministre s’est intéressé, par ailleurs, aux conditions d’hygiène et de propreté et de sauvegarde de l’environnement dans des cités populaires ainsi que dans les zones d’activités touristiques. Il s’est ainsi rendu compte de la nonchalance affichée par une population pour laquelle la notion de propreté semble être devenue abstraite et amenant naturellement une conduite indifférente et égoïste. Une population oublieuse de ses devoirs et s’en déchargeant sur des services municipaux instamment sollicités mais objectivement débordés et matériellement démunis.
C’est ainsi qu’il a relevé avec quelque effarement les gigantesques amoncellements de déchets des chantiers et des jardins dans des zones sensibles et d’intérêt touristique et résidentiel. Le ministre est rentré sans que l’on sache s’il a donné des instructions mais le souhait de l’ensemble de la population est qu’il prenne des décisions fermes dans le sens d’une lutte acharnée et assidue contre cet autre fléau qui dénature nos paysages et enlaidit nos cités.

M. BELLAKHAL
 

Articles similaires