Tunisie : les motifs de démission de 19 membres d’Ettakatol

19 membres du bureau politique et du conseil national du parti Ettakatol ont annoncé mardi, dans un communiqué commun, leurs démissions.

Les démissionnaires ont justifié cette décision par « l’incapacité évidente de la direction du parti à entreprendre des réformes structurelles et à opérer du changement en faisant plus confiance aux jeunes et aux militants des régions intérieures du pays, allant jusqu’à éviter tout risque de remettre ses mandats aux militants, ce qui aurait eu pour avantage d’envoyer un signe fort de volonté́ de changement ».
Selon le texte du communiqué, « comme d’autres partis anciens qui ont eu le mérite de s’opposer à la politique de Ben Ali, Ettakatol n’a pas su se remettre en cause pour être en ligne avec la nouvelle Tunisie et a été́ incapable de modifier ses méthodes de fonctionnement ». Ettakatol a été incapable, entre autres, de s’adapter aux changements que connait le pays actuellement.
Les membres démissionnaires sont : le secrétaire général adjoint du parti (Khayem Turki), les membres du bureau politique (Ridha Néji, Habib Hamdi, Jameleddine Amri, Slah Mcharek, Selma Zenaïdi, Hamdi Belrebiha et Samira Mansour) ainsi que les membres du Conseil national (Elyes Ghanmi, Moncef Ben Moussa, Mohamed Hatem Abdeljalil, Ghazi Belasfar, Hibatollah Agheb, Jalel Tfifha, Mohamed Jamiï Aouled Nasr, Mohamed Salah Ben Amor, Lassaâd Hamzaoui, Sarra Zaihi et Khemaïes Ayech).
Le porte-parole du parti, Mohamed Bennour, a estimé que ces démissions étaient attendues notamment avec la phase de refondation et de restructuration que traverse actuellement le parti.
« Les prémices de cette démission collective sont apparues depuis le congrès des 7 et 8 février à Hammamet. Ainsi, une réunion aura lieu dimanche pour examiner ce sujet », a-t-il ajouté.

M.Kh

Articles similaires