Tunisie : la délégation de Mateur expose aux yeux du gouverneur ses difficultés

Le gouverneur de Bizerte poursuit sans relâche ses visites aux délégations, se rendant compte de visu des problèmes des citoyens.

Ils sont tellement nombreux et nous devons à la vérité de dire que l’on ne peut que faire le constat de la triste réalité et de ne prendre que des solutions temporaires et conjoncturelles, en promettant de « faire l’impossible » et tout en donnant des « instructions et recommandations» dont on sait qu’elles ne seront appliquées que fort relativement.
Lors des semaines écoulées, c’étaient Ghezala, Joumine, Sejnane, Utique…puis hier, vendredi 13 mars, Mateur. Toutes des régions qui n’ont, durant des décennies n’ont récolté que des miettes des investissements du développement.
A Mateur, donc, le gouverneur et tous ses accompagnateurs n’en pouvaient mais. Tout au plus appel a été fait aux citoyens sur la nécessité d’ « œuvrer main dans la main afin de restaurer l’image d’une région connue pour être le grenier du pays » avec la promesse des autorités de veiller à baliser la voie vers le succès.
Après avoir entendu la pléthore de doléances citoyennes, dans les diverses cités et divers quartiers visités, le gouverneur s’est rendu à l’entreprise LEONI de fabrication de câbles, employant 2500 personnes, naguère secouée par des mouvements sociaux qui avaient failli provoquer sa fermeture. La situation ayant été jugée stationnaire, en tout cas rassurante, le gouverneur a rendu visite à la ferme agricole pilote de Fritissa, une exploitation agricole publique, passée comme modèle de bonne productivité. Le centre de formation professionnel sectoriel, un « modèle du genre » a été inspecté et son personnel « encouragé à poursuivre dans cette voie sûre ».
Côté revers de la médaille, le gouverneur s’est attardé devant les problèmes de la région : une infrastructure de base en continuel déclin, une insalubrité quasi généralisée, des équipements collectifs peu entretenus, des établissements scolaires et universitaires dans un état alarmant, des établissements hospitaliers engorgés et au bord de la désaffection. Et l’on en oublie et des meilleures ! La situation, à Mateur et sa délégation n’est nullement meilleure, ni pire que dans les autres cités de la région, voire du pays. Mateur est un nom, et dans l’imaginaire des gens, une ville et une région fécondes et prospères. La vérité est en fait toute autre. La délégation traîne depuis des années des problèmes aigus et endémiques liés à un boom démographique et à une surpopulation effrénée.
Que voulez-vous, dans un cas aussi complexe, aussi problématique, que le gouverneur fasse. Comme prévu, il a admis la nécessité de « changer les choses » et réitéré « la volonté du gouvernement de se pencher sur cette montagne de problèmes pour y apporter les solutions appropriées, dans l’intérêt de la délégation et ses citoyens ».

M. BELLAKHAL
 

 

Code refrech Site :