Trois Tunisiens ont contribué au succès de «Timbuktu»

Le film « Timbuktu » du Franco-Mauritanien Abderrrahmane Sissako a été un véritable aspirateur à récompenses des césars 2015.

Il a raflé, en effet, pas moins de sept récompenses sur les huit possibles, ne laissant aux autres concurrents que des miettes, selon les observateurs. Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur montage, meilleure photo, meilleur scénario, meilleur son, meilleure musique… le jury a salué en ce film « un chant de lutte contre la barbarie et [un] chant d’espoir humaniste… ».
Dans un communiqué rendu public, le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) souligne le rôle du cinéma pour faire vivre la liberté d’expression et de création et pour faire dialoguer les cultures.
« Timbuktu » (ou Tombouctou) raconte l’histoire d’une communauté malienne tombée sous le joug d’extrémistes religieux. Les habitants d’un village, non loin de Tombouctou, voient leur vie totalement changée, subissant, impuissants, le régime de terreur imposé par les Djihadistes qui ont pris leur foi en otage : plus de musique, de rires, de cigarettes, même de football. Des tribunaux improvisés rendent des verdicts et sentences absurdes et tragiques. Une certaine résistance cependant s’organise…
Trois Tunisiens font partie de l’équipe primée. Il s’agit de Nadia Berrachid (meilleur montage), de Amine Bouhafa (meilleure musique originale) et de Sofiane El Fani (Meilleure photo).

M. BELLAKHAL
 

 

Code refrech Site :