Tunisie-Transport : la grève des sociétés menacées de faillite ne fait qu’aggraver la situation, dixit H.Dimassi

L’ancien ministre des Finances, Houcine Dimassi, est revenu, aujourd’hui, jeudi 15 janvier 2015, sur le problème de la grève ouverte de transport qui concerne plusieurs sociétés de transport régionales notamment à Tunis, Sfax, Bizerte et Nabeul.

M. Dimassi a précisé que le secteur du transport public connait actuellement une situation fragile et souffre d’un déficit estimé à 1480 millions de dinars (MDT). « Outre cette situation, les pertes enregistrées par la Société des Transports de Tunis (Transtu), en raison de la grève sans préavis, ont atteint 420 mille dinars », a-t-il ajouté.
Selon l’économiste, la revendication d’une prime de productivité de la part des agents des sociétés menacées de faillite est l’une des « ironies bizarres ». « Ces protestations jugées déplacées ne font qu’aggraver la situation et menacer l’avenir de ces sociétés », a-t-il dit.
Il a, en outre, fait savoir que toute grève anarchique touchant un secteur vital tel que le transport diminuera la croissance économique et nuira à l’économie nationale.
Rappelons ainsi qu’il a été décidé de réquisitionner environ 1500 agents, soit 30% du nombre total des chauffeurs et receveurs de la Transtu (au nombre de 4500), mais cette décision n’a pas été respectée par les agents. Les agents réquisitionnés à la société régionale de transport d gouvernorat de Nabeul (SRTGN) ont repris, aujourd’hui jeudi, leur travail, alors que les agents de la Transtu, de la société nationale de transport interurbain (SNTRI) et de la Société régionale de transport de Sfax (Soretras) ont refusé cette décision de réquisition.

M.Kh
 

Code refrech Site :