Investir En Tunisie

Tunisie : la composition gouvernementale proposée par Essebsi provoque des remous au sein de Nidaa Tounes

Après de longues négociations, le président du parti vainqueur aux législatives, Beji Caid Essebsi, a dévoilé la composition du prochain gouvernement.

Des sources bien informées ont confié à l’hebdomadaire Akher Khabar, dans son édition de ce mardi 30 décembre 2014, que la composition gouvernementale proposée par Essebsi, comportant 33 portefeuilles ministériels et conduite par l’actuel ministre de l’Equipement, de l’Aménagement et du Développement durable, Hédi Larbi, n’a pas été du gout des différentes structures de Nidaa Tounes et de la classe politique.
Selon les différents acteurs de la sphère politique, la situation actuelle exige que le nouveau Chef du gouvernement ait à réunir un large consensus autour de lui. Ils voient, pour ce fait, en Abdelkrim Zbidi, ancien ministre de la Défense au gouvernement d’union nationale, « l’homme de la situation » qui sera capable d’accomplir convenablement cette mission. D’autres noms ont été, également, proposés pour occuper des postes ministériels, à l’instar de Kamel Ben Naceur, ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines, Habib Essid, ancien ministre de l’Intérieur sous le gouvernement d’Essebsi, Yadh Ben Achour, docteur en droit et sciences politiques, Basma Khalfaoui, avocate et veuve du martyr de Chokri Belaid, Hassen Annabi, universitaire et homme politique, et Radhia Nasraoui, avocate spécialiste des droits de l’Homme.
Certains ministres du gouvernement Jomâa, ayant réussi à hisser l’institution militaire au-delà des tiraillements politiques et partisans, seraient également maintenus à la tête de leurs départements, à l’instar de Ghazi Jeribi, ministre de la Défense, et Ridha Sfar, ministre délégué chargé de la sécurité nationale.

A.B

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More