Tunisie-Ghannouchi à Bizerte : «Ennahdha reviendra au pouvoir»

A l’instar des autres mouvements politiques, le parti Ennahdha, a tenu à mettre le 15 octobre, jour anniversaire de l’évacuation, à profit pour « donner un grand coup de communication ».

Son président, Rached Ghannouchi, s’est déplacé en personne officiellement pour rendre hommage aux martyrs, mais en cette journée où la ville de l’Evacuation est prise d’assaut, l’occasion n’est pas à rater. D’où l’organisation, sur le quai Tarak Ibn Ziyed, entre les deux bacs, d’un meeting populaire que d’aucuns qualifient de franc succès.


Le leader islamiste a indiqué qu’Ennahdha a cédé le pouvoir, certes, mais qu’elle est disposée et en mesure d’y revenir. « Nous avons préféré, a-t-il dit, éviter au pays les affres des dérapages et les agitations aux conséquences imprévisibles. En lâchant le pouvoir, nous avons prouvé notre amour indéfectible pour la seule patrie au détriment de nos intérêts ».
M. Ghannouchi s’est attardé sur le slogan adopté par son parti « L'amour de la Tunisie n'est pas fait que de mots » pour développer une théorie sur l’amour du pays et sur le patriotisme.
Le leader nahdhaoui a insisté sur le fait qu’Ennahdha est aussi moderniste, aussi démocrate, aussi civile que tous « ceux qui se gargarisent de ces vocables ». Il a rappelé qu’Ennahdha a été l’initiatrice de la lutte farouche et efficace contre le terrorisme « qui n’est pas le fruit de la révolution, a-t-il dit, mais celui de la dictature qui a généré la pauvreté et créé le vide cultuel et intellectuel ». « Ennahdha a prouvé son attachement à la modernité, à la démocratie et aux valeurs de la révolution, a-t-il conclu ».

M. BELLAKHAL
 

Code refrech Site :