Tunisie : l’industrie aéronautique va décoller

Une table ronde a été organisée dernièrement à Bizerte qui s’est intéressée à l’industrie aéronautique en Tunisie et les possibilités d’en promouvoir l’implantation dans la région de Bizerte.

Plusieurs acteurs du secteur ont répondu à l’invitation de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), du Centre des jeunes dirigeants (CJD) et de l’Association de développement régional de Bizerte (DERB) dont des représentants de l’APII et l’Institut français de coopération aux côtés d’étudiants de l’Ecole nationale d’ingénieurs de Bizerte. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des activités de DERB pour la promotion des investissements dans la région de Bizerte.
Yassine Annabi, président de DERB, a fourni des données relatives à l’industrie aéronautique indiquant qu’elle est considérée comme une activité potentiellement innovante et particulièrement attractive. Implantée en Tunisie depuis 1998, cette activité compte 65 entreprises travaillant en sous-traitance avec des acteurs de renommée internationale à l’instar de LATECOERE, SABENA TECHNICS, ou encore ZODIAC AEROSPACE, ou AEROLIA du groupe EADS, mais qui paradoxalement n’emploient que 7500 personnes pour des investissements de 392 millions de dinars, MDT.
« C’est, a-t-il précisé, une industrie à haute valeur ajoutée allant de l’ingénierie software/hardware à la production des systèmes aéronautiques en passant par le décolletage et l’usinage de haute précision ».
L’industrie a réalisé, en 2012, quelque 250 MDT d’exportations de produits et services, soit une évolution de 10 % par rapport à l’année 2011. C’est également un secteur exportant plus des 2/3 de la production vers l’un des marchés les plus concurrentiels, à savoir celui de l’Union européenne, la France étant le premier client de la Tunisie, apprend-on.
Au volet des incitations à l’investissement, la Tunisie offre une liberté d’investir, une simplicité des procédures d’établissement, un code d’incitations avec plusieurs avantages, un accord d’association avec l’UE et des accords préférentiels, accords commerciaux bilatéraux….
Une structure d’appui technique existe par ailleurs dénommé « Groupement des Industries Tunisiennes Aéronautiques et Spatiales » (GITAS). Il est au service des industriels et investisseurs de la branche aéronautique. Il compte actuellement plus d’une quarantaine de sociétés adhérentes (contre 19 en 2009). La volonté des autorités tunisiennes, en synergie avec les industriels concernés et le GITAS est d’œuvrer au développement des activités du secteur aéronautique et spatial en Tunisie.
Les intervenants ont indiqué que le climat dans la région de Bizerte est très favorable pour l’implantation d’une telle industrie. La disponibilité d’une main d’œuvre spécialisée est à retenir particulièrement, qui peut répondre aux besoins de cette industrie qui possède une capacité d’emploi potentiellement importante. Les étudiants de l’ENIB ont montré un vif intérêt pour ce créneau et ont abreuvé les spécialistes présents de leurs questions. Ils ont été encouragés à s’engager « dans une activité à l’avenir prometteur et grand générateur d’emplois », outre l’existence en Tunisie d’un système de formation adapté et des ressources humaines compétentes.

M. BELLAKHAL
 

Code refrech Site :