Investir En Tunisie

L’Open Sky est-il mortel pour Tunisair ?

Personne ne peut contester le rôle pionnier de Tunisair ni ses efforts actuels, réalisés dans un contexte national et international politiquement et économiquement instable. Mais notre compagnie nationale est-elle prête à cette échéance ?

Lors de la grande conférence internationale sur le thème « Open Sky en Tunisie : opportunités ou menaces pour l’agent de voyages ? », Khaled Chelly, directeur général adjoint de Tunisair, a précisé que la compagnie nationale Tunisair n’a jamais bloqué l’Open Sky. « Depuis 2007, la Tunisie s’est préparée et s’est engagée en 2011 à conclure un accord d’ouverture du marché du transport aérien. D’ailleurs notre ciel n’a jamais été fermé. Il est ouvert à plusieurs compagnies charters. Il faut avouer que Tunisair a opéré dans un environnement concurrentiel agressif. Elle est le vivier du tourisme tunisien en termes de régulier et charter. Il ne faut pas se précipiter. On demande juste un délai pour bien se préparer à la nouvelle donne du ciel ouvert. L’open sky est inéluctable, il arrivera tôt ou tard. L’Ouverture du ciel peut causer plusieurs difficultés à la Tunisie. C’est pour quoi nous sommes en train d’évaluer l’expérience marocaine. L’impact n’est pas aussi évident que l’en pense. L’ouverture du ciel ne va pas résoudre les problèmes du tourisme tunisien. Il faudrait envisager une nouvelle stratégie d’attractivité pour booster le secteur. L’open sky présente certes des risques. C’est pour quoi il faut aller doucement mais surement. Nous envisageons de mettre en place en accord avec notre partenaire de la commission européenne, des mesures d’accompagnement et les mécanismes nécessaires pour atténuer les risques. Nous devrons nous préparer car cet open sky devra s’exercer dans les bonnes conditions, par le rapprochement des législations entre les deux parties, autour des éléments clés de la réglementation européenne dans l’aviation en matière de sécurité, de règlementation économique et notamment de concurrence, de contrôle aérien et de protection du consommateur. Ceci nécessite la mise à niveau de nos aéroports, le renouvellement de notre flotte nationale et l’embellissement de notre infrastructure. Ceci dit, il ne faut pas trop rêver car cette ouverture va être douloureuse pour Tunisair. La RAM marocaine a beaucoup souffert mais a pu sauver les meubles par son ouverture sur l’Afrique. La Tunisie doit élaborer une véritable stratégie à l’égard du continent africain. Elle doit en ce sens multiplier les relations triangulaires en se dotant des structures aériennes et des services logistiques érigeant la Tunisie en hub régional et mondial entre le Maghreb, l’Afrique, l’Asie et l’Europe. En un mot, il faudrait se préparer sinon l’open sky va être mortel pour Tunisair, et pour tout le pavillon national ».

M.Y

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More