Tunisie-Bizerte : grand succès du 1er tournoi de VTT

A une dizaine de kilomètres de Bizerte, le village du Nadhor, à l’orée de la forêt éponyme, a connu, hier dimanche 23 mars 2014, une journée aussi inédite qu’exceptionnelle. Envahi dès la matinée par une foule bigarrée, bruyante et bon enfant,

faite de jeunes et de moins jeunes, dont la plupart sont arrivés enfourchant de drôles de vélos. Des voitures de la garde nationale, de la protection civile, des infirmiers du Croissant rouge prennent position en des endroits choisis, face à la piste empierrée mais roulante qui descend à la très belle plage de Aïn Damous. Un balisage apparaît à l’œil scrutateur, d’un endroit à l’autre, et qui finit par se perdre au cœur du bois pittoresque. L’on s’affaire à dresser des tentes, à installer des tables, un groupe électrogène et une sono. Sur une table drapée, l’on aligne des…coupes. Curieux, les habitants s’approchent pour apprendre que l’on s’apprête à donner le coup de départ du premier tournoi national de VTT (Vélo Tout Terrain). C’est le Club VTT Bizerte, peu connu jusque-là, mais dont les membres et adhérents s’activent depuis de longues années dans le silence mais avec efficacité, qui a décidé de paraître au grand jour et de « faire connaître ce sport méconnu ».
Soutenu par la Maison des jeunes de Bizerte dont il relève, le club « alerte » les autres « formations informelles» du pays dont certaines ont répondu avec spontanéité, étant constamment disposées à faire la promotion de ce sport éminemment écologique puisqu’il se déroule en des lieux de grand air et de verdure. Informelles, car, en fait, les clubs de VTT en Tunisie ne possèdent pas d’instance fédératrice et sont à peine reconnus par la Fédération Tunisienne de cyclisme (FTC). A l’enregistrement des concurrents, l’on apprend qu’ils viennent de la capitale, de Sousse, de Tabarka, de Nabeul, de Kélibia. Une centaine de jeunes gens et de jeunes filles, répartis en trois catégories d’âges, devant effectuer autant de fois que nécessaire le circuit de dix kilomètres savamment tracé par des experts de la discipline et soigneusement aménagé pour prévenir de probables accidents. A partir de dix heures, le départ est donné sous les applaudissements et les encouragements des dizaines de curieux et de quelques responsables. C’est que les sports individuels dont on reconnaît qu’ils sont sources de plusieurs satisfactions, continuent à être snobés par nos instances sportives. Jusqu’à une heure tardive de l’après-midi, les VTtistes, filles et garçons, jeunes et moins jeunes, ont sillonné la forêt du Nadhor, sur un circuit technique de normes internationales, selon M. Christian Morin, responsable du club Vél-Oxygène (Nabeul) et habitué des grands circuits internationaux, qui a déclaré que ce meeting bizertin est l’un des meilleurs qu’il ait eu à vivre en Tunisie et ailleurs. Un succès comme savent réaliser les jeunes de Bizerte qui ont montré, en la circonstance que les difficultés de tout ordre ne sauraient les décourager. Et qu’un succès en appelant un autre, ils auront à redoubler d’efforts pour accéder à des paliers supérieurs. Après la distribution des distinctions, dont une louable attention à Karim Dilou, champion du monde (mais oui !) en titre des rallyes tout terrain en Quad, une action écologique a été menée sur les lieux de la compétition. « L’on a laissé les lieux aussi propres que l’on aurait voulu les trouver en y arrivant ».
Car, se plaît-on à répéter à l’envi que le VTTisme est un sport écologique avant tout et très respectueux de l’environnement.

M. BELLAKHAL
 

Code refrech Site :