Tunisie : le projet de la HAICA pour la régulation ou le retour de la censure ?

Le nouveau projet de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) des cahiers des charges continue de soulever une grande polémique.

Les membres du bureau exécutif du syndicat des dirigeants des médias (STDM) se sont réunis dans le cadre d’une séance nationale mardi 11 mars 2014, et après avoir pris connaissance du projet des cahiers des charges se rapportant aux licences des radios et télévisions privées annoncé récemment par la HAICA.
Le STDM a exprimé son étonnement quant au contenu de ces cahiers des charges qui est un indice d’une tentative d’exercer des restrictions sur les médias audio-visuels et porter atteinte à leurs acquis.
Dans un communiqué rendu public, le STDM réitère son attachement à la régulation du secteur et sa réorganisation tout en garantissant sa transparence et sa crédibilité et la qualité de sa production, expliquant que les cahiers des charges ne sauront pas atteindre les objectifs souhaités, en favorisant le retour de la censure.
Le syndicat exprime son étonnement quant à l’indifférence de la HAICA par rapport aux propositions des acteurs du secteur au cours des séances de dialogue et des diverses réunions consultatives, appelant ces acteurs à s’unir et examiner le contenu de ces cahiers des charges et ses répercussions sur le paysage médiatique audio-visuel.
Outre, le STDM appelle la HAICA à ouvrir un dialogue sérieux avec les différentes composantes du secteur et collaborer avec elles pour améliorer le secteur et non avec une mentalité de tutelle désormais révolue.
Le syndicat affirme être prêt à défendre le paysage audio-visuel, en ayant recours à la justice pour que la régularisation du secteur soit pour assurer un paysage médiatique à la hauteur des attentes des professionnels et du public.
Il appelle également toutes les parties gouvernementales, politiques, professionnelles et la société civile à assumer leur responsabilité quant aux menaces du projet des cahiers des charges.
Pour rappel, la HAICA a mis en place, jeudi 6 mars, un système de cahiers des charges qui conditionnera désormais l’octroi d’autorisations d’émettre de radio et de télévision privée ou associative.
Les cahiers des charges en question fixent les droits et obligations des établissements de radio et de télévision sur la base du principe de l’égalité des postulants devant la loi. Cette nouvelle disposition fait partie du nouveau dispositif de régulation supervisé par une instance indépendante et visant à promouvoir la liberté et le pluralisme des médias audiovisuels, tenus en retour à respecter les règles professionnelles.

S.T
 

Code refrech Site :