Tunisie : la grogne monte au sein de la Poste contre la privatisation et la corruption

De nouveau, la colère s’installe à la Poste tunisienne. Les agents et cadres de cet établissement public sont entrés, à partir de ce mercredi 19 février 2014, dans une grève ouverte. Ils avancent plusieurs revendications.

Ils appellent à défendre et à garantir la continuité de cet établissement public et à s’opposer à la privatisation de cet acquis national. Ils expriment leurs craintes de voir admis d’autres concurrents à la Poste tunisienne, comme l’entrée déloyale du néerlandais TNT Express ou encore l’américain UPS, concurrents directs de la Rapide Poste. « Suite à l’entrée de ces concurrents, la Rapide Poste s’est trouvée devant une concurrence féroce et déloyale », a indiqué un responsable à la Poste tunisienne dans une déclaration accordée à Investir en Tunisie, précisant que 80% du marché de la Rapide Poste (des entreprises), détenu auparavant par la Poste tunisienne, est désormais dominé par TNT Express et UPS.
Les sit-inneurs ont également réclamé l’ouverture des dossiers de corruption financière et administrative, la révision des nominations effectuées au sein de cette institution publique notamment celles ayant concerné les hauts responsables et les sous-directeurs. Ils ont appelé aussi au limogeage du PDG de la Poste tunisienne, Nabil Midani, pour avoir servi les intérêts de certaines personnes, ainsi que celui de toute personne ayant porté atteinte à cette entreprise publique.
Les postiers ont appelé aussi à la création d’un syndicat de base regroupant exclusivement les agents et cadres de la Poste et la mise en œuvre des accords et conventions signés lors des réunions précédentes dont principalement l’instauration d’une prime de sensibilisation.
Les revendications des postiers ne s’arrêtent pas à ce stade puisqu’ils appellent aussi à faire bénéficier les agents et cadres de la Poste des congés annuels au titre des années 2010, 2011 et 2012 et au règlement, entre autres, du dossier de la sous-traitance.
Ils recommandent également d’ouvrir de nouveau les négociations sur les demandes précédentes qui n’ont pas été encore satisfaites, à savoir la révision de la masse salariale, des indemnités spécifiques et surtout de la prime de recouvrement qui figurent parmi les revendications des cadres de la Poste.
Il a été également question de procéder à des recrutements exceptionnels pour couvrir le manque au niveau du personnel de la Poste, et donner la priorité aux enfants des cadres et employés de cette institution.
Par ailleurs, malgré les efforts fournis, il semble que la situation à la poste est loin d’être stabilisée.
Cette institution s’est engagée, en effet, dans plusieurs grands projets tels que le développement des activités électroniques (paiement via mobile, émission et paiement des mandats) qui ont enregistré une évolution par rapport à l’année dernière. A cela s’ajoutent des projets de partenariat avec des postes algérienne, libyenne et d’autres postes africaines.
La Poste tunisienne a confirmé, également, son engagement dans les négociations avec le bassin méditerranéen (Euro-Med) pour développer ses activités postales, financières et électroniques.

Investir En Tunisie

 

Code refrech Site :