Tunisie : près de 300 hôtels seraient transformés en hôpitaux et écoles

Selon un « rapport confidentiel » de la Banque mondiale, obtenu par notre confrère Ettounissiya, il y aurait une forte volonté pour « sécuriser » et « restructurer » les dettes du secteur touristique en Tunisie. Comment ?

L’institution internationale aurait demandé au gouvernement tunisien de convertir une grande partie des créances douteuses du secteur du tourisme en capital comme mode de restructuration. Cette mesure devrait, ainsi, toucher entre 150 et 300 unités hôtelières, sur un total de 850. Ces hôtels devraient être, selon la même source, transformés en hôpitaux et écoles.
Selon le rapport de la Banque mondiale, cette mesure, une fois adoptée, peut contribuer à soutenir le secteur bancaire tunisien, donner un coup de pouce à la performance du secteur touristique dans son ensemble, et créer des centaines de postes d’emploi.
Parmi les solutions qui devraient être entreprises par le gouvernement tunisien : la création d’une société de gestion d’actifs. L’objectif de cette mesure est l’accélération de l’absorption des dettes du secteur. En conséquence, le taux de créances douteuses va baisser dans le secteur bancaire. Pour faire réussir cette étape, la BM a insisté sur l’achat, par la société de gestion d’actifs, de ces dettes à un prix bas.
Si la totalité de ces actifs a été transférée, le taux de créances douteuses va baisser à 10.3%, contre 13.5% actuellement. L’étape prochaine sera, donc, la restructuration des pensions qui ont une lourde dette, afin d’être capables de rembourser leurs dettes. En ce qui concerne les hôtels qui sont incapables de payer leurs dettes, ils devraient être transformés en d’autres projets : écoles, hôpitaux…
Le même rapport a indiqué que l’instabilité politique du pays reste la première raison derrière la crise qui a touché le secteur touristique et la sphère économique en général. On enregistre une baisse de près de 40% des entrées touristiques en 2011. Durant cette même année, le 1/3 des unités hôtelières a connu de graves difficultés financières. En conséquence, le nombre des prêts « non-performants » dans le secteur touristique a augmenté à un rythme très rapide depuis le déclanchement de la révolution du 14 janvier.

Meriem.Kh
 

Code refrech Site :