Tunisie : premier jour de débat sur la Constitution : laborieux et chaotique

Bien qu’ils soient conscients qu’ils jouent contre la montre, les députés de l’ANC continuent à semer le chaos. Le premier jour de débat sur la Constitution, article par article, était semé d’embuches malgré un début pourtant prometteur.

Le président n’a pas toujours réussi à imposer le respect du règlement intérieur souvent ignoré par des élus soucieux davantage de paraître que d’être. Des désaccords sur la méthodologie ont sérieusement retardé les votes, alors que des références que l’on croyait résolues en Commission des consensus ont été soulevées, telles, pour le préambule, la Méditerranée ou encore le sionisme.
Dans la matinée, l’adoption des trois premiers paragraphes du préambule n’a pas connu de problèmes et les propositions d’amendements rejetées. Cependant, le 3ème paragraphe énonçant que la Constitution se basait sur les enseignements de l’Islam, et qui avait provoqué au moment de son adoption une vive polémique, a été modifié, devenant « Exprimant l’attachement de notre peuple aux enseignements de l’Islam ».
A la sérénité de la matinée a succédé un après-midi assez tumultueux. Que ce soit sur le paragraphe 4 du Préambule, la méthodologie d’octroi de la parole et de son temps, (les interventions étant octroyées par tirage au sort), accusations d’utilisation des temps de parole pour des fins électoralistes, sans rapport avec les sujets débattus, autant d’imbroglios qui ont entraîné une suspension de plus d’une heure de la séance.
Cependant, il a été décidé que la même méthodologie, conforme au règlement intérieur, soit maintenue.

M. BELLAKHAL
 

Code refrech Site :