Tunisie : Mehdi Jomaa demande un nouveau plan de sauvetage de la STIP

« Il faut un plan de redressement sincère intégrant à la fois le développement industriel de la STIP et sa restructuration financière, élaboré par toutes les parties concernées de l’entreprise, afin d’assurer sa pérennité et sa croissance », a déclaré Mehdi Jomaa, ministre de l’Industrie, à Msaken lors d’une rencontre au siège de la Société Tunisienne des Industries Pneumatiques (STIP), groupant les cadres et ouvriers de cette entreprise qui fait face, au cours des dernières années, à de graves problèmes menaçant sa survie.

Au terme d’une visite dans les ateliers de production et de stockage et discutant , en présence notamment du gouverneur de Sousse et du S.G. de la Fédération Nationale de Pétrole et des engrais chimiques (UGTT) , le business plan de l’entreprise recommandant un renfort financier à même de garantir les éventuels équilibres financiers de l’entreprise, le ministre de l’Industrie a exprimé l’engagement de son département à prendre les mesures immédiates pour assurer la continuité des activités de la STIP. Néanmoins, il a clairement soutenu que l’ endettement récurrent de l’entreprise estimé à plus de 130 Millions de dinars depuis 2008 et la perte de compétitivité de son produit nécessitent un effort de réflexion partagé pour surmonter certains problèmes techniques et de positionnement de la STIP sur les marchés local et extérieur.
Créée, jour pour jour depuis 45 ans, la STIP emploie 930 personnes sur ses deux sites à Msaken et à Menzel Bourguiba. Elle n’assure plus aujourd’hui que 50% de sa capacité de production en raison à la fois de l’impossibilité de mobiliser de nouveaux fonds pour les achats de matière première et de la perte de 60% de son marché à cause de la concurrence déloyale et de la contrebande sur le marché local »ont expliqué les responsables de l’entreprise.
C’est dans un esprit de responsabilisation de toutes les composantes de l’entreprise et surtout avec un message clair : l’engagement et la responsabilité du gouvernement de ne pas alourdir les charges des entreprises dans l’avenir avec les solutions de facilités que le ministre de l’Industrie a placé sa visite dans les deux gouvernorats du Sahel. Il a exhorté techniciens et ouvriers , ainsi que les jeunes promoteurs rencontrés dans la pépinière de Sousse, à rechercher la compression des couts dans l’effort de qualité, de contrôle et de suivi du produit ,dans la maitrise des couts de l’énergie…et dans l’innovation car l’outil de production, dans certaines branches ou entreprises, n’est pas toujours exploité à bon escient au regard des potentialités offertes par le marché.
A Sousse et à Monastir ou il a visite des entreprises du secteur textile, (plus de 900 entreprises œuvrent dans le textile dans ces deux gouvernorats) , M. Jomaa s’est informé auprès des industriels des tendances sur les marchés extérieurs et la capacité de l’entreprise à faire face aux évolutions enregistrées, notamment à la faveur de la crise économique qui frappe le marché européen .
Les pôles de Compétitivité de Sousse et de Monastir ont d’ailleurs été au cœur de la visite du ministre de l’Industrie dans la région. Mehdi Jomaa a surtout mis en exergue les efforts développés par les responsables de ces pôles pour résoudre les problèmes fonciers. Mais le ministre de l’Industrie a surtout attiré l’attention sur le souci d’améliorer le taux d’occupation des espaces industriels et technologique afin de tirer le meilleur profit de l’infrastructure industrielle, affirmant que de nouvelles dispositions seront prises prochainement pour encourager l’aménagement foncier industriel et raccourcir les délais de réalisation.

CP
 

Code refrech Site :