Tunisie : un code d’investissement simple, clair, équitable et transparent

riadh-bettaieb1.jpgLe nouveau code de l’investissement est prêt. Il sera présenté, la semaine prochaine, au conseil du gouvernement et à l’Assemblée nationale constituante, ANC, d’ici fin février, et au plus tard au mois de mars prochain. C’est ce qu’a annoncé Riadh Bettaieb, ministre de l’Investissement et de la Coopération internationale.

M. Bettaieb a indiqué, mardi 29 janvier 2013 sur Express FM, que ce nouveau code, fruit d’un travail de plusieurs mois, sera le premier pas vers une forte reprise qui devrait être annoncée d’ici fin 2013 : « Nous visons à assurer la transparence, la clarté, la simplicité, l’équité, le professionnalisme, la bonne répartition des richesses, le développement durable, le renforcement de la croissance…A travers ce code, nous allons, sans aucun doute, rétablir la confiance des investisseurs étrangers, mais aussi tunisiens qui ont commencé à choisir une deuxième destination pour y investir ».
Le ministre a déclaré que l’endettement du pays, estimé actuellement à 48% du PIB, est maîtrisé : « La Tunisie n’a pas atteint le seuil critique. En outre, le FMI, Fonds monétaire international, tolère que ce taux passe, en 2013, à 51% à la seule condition de tenir compte des besoins de recapitalisation des banques. Notre pays ne peut pas se passer de l’endettement. Pour nous, l’essentiel est de bien utiliser les crédits contractés et surtout de prouver aux bailleurs de fonds que le pays est en train d’avancer sur la voie de la démocratie, de la liberté, de l’Etat de droit et des institutions, et de donner la meilleure image qui soit de l’harmonie entre le Tunisien et son gouvernement ».
Riadh Bettaieb a pris la défense des institutions financières internationales. Il a précisé que, contrairement à ce qu’on pense, ces institutions ont beaucoup évolué, par rapport aux années 1980 : « Elles portent, aujourd’hui, un intérêt particulier au développement durable, aux besoins essentiels et aux projets éducatifs et sanitaires ».
Il a indiqué que la Tunisie a réalisé, en 2012, d’importants acquis qualitatifs à savoir : la signature d’une convention avec l’OCDE (assistance mutuelle en matière d’administration fiscale), la conclusion d’un accord sur le statut privilégié avec l’Union européenne, la mise en œuvre d’un programme d’appui budgétaire avec l’aide de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement (BAD) et l’UE. Au plan de la mobilisation des ressources, notre pays a bénéficié d’appuis financiers estimés à 5001,3 MDT dont 3899, 9MDT sous forme de prêts et 1101,4 MDT sous forme de dons dont 300 MDT dédiés à l’assistance technique.

M.Kh
 

Code refrech Site :