Tunisie : les griefs de Kalthoum Kennou contre Noureddine Bhiri

Kennou_bhiri.jpgLa présidente de l’Association des magistrats de Tunisie, Kalthoum Kennou, a fait part des protestations des magistrats contre la situation catastrophique dans laquelle se trouve la profession appelée à rendre justice dans le pays.

Invitée par Nessma TV dans l’émission Nass Nessma animée par Hamza Belloumi, Mme. Kennou a noté que les magistrats sont non seulement en colère, mais ils tiennent à protester contre la détérioration de la situation dans laquelle ils se trouvent deux ans après la Révolution. A l’évocation de l’animateur d’une déclaration faite par le ministre de la Justice affirmant que les avantages dont bénéficient les magistrats sous le gouvernement Jebali n’ont jamais été réalisés durant les 50 dernières années, elle s’est demandé ce qui a bien pu changer.
Ni les augmentations de salaires, à venir probablement, ni les échelons ne peuvent être comptés parmi les faveurs accordées aux magistrats, a indiqué la présidente de l’association des magistrats tunisiens qui a dénoncé le maintien d’une institution mise en place par le président déchu Ben Ali, à savoir le Conseil supérieur de la magistrature, avec les forfaits accomplis pendants plusieurs années.
Mme. Kennou a précisé que sans un Conseil supérieur de la magistrature élu et indépendant, la justice est accaparée par le ministre qui détient tous les pouvoirs.

M.B
 

Code refrech Site :