Tunisie : lorsqu’un ministre « blanchit » un autre !

bhiri-justice.jpgInvité lundi 07 janvier 2013 de Midi Show sur Mosaïque FM, le ministre de la Justice, Noureddine Bhiri, est revenu sur l’affaire du Sheraton qui est en train de déstabiliser le gouvernement.

De par sa connaissance personnelle du ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, M. Bhiri considère que le gendre de Rached Ghannouchi ne peut pas commettre les dépassements pour lesquels il est accusé par la blogueuse Olfa Riahi : « Je respecterai, toutefois, les résultats de l’enquête en cours ».
Le ministre nahdhaoui a souligné son soutien à la liberté de presse, faisant part de ses réserves par rapport aux pratiques journalistiques qui portent atteinte à la vie privée.

M.Kh
 

Code refrech Site :