Tunisie-Vatel : Afek Tounes favorable à l’Open Sky

Vatel.jpgMM. Khaled Fourati membre fondateur du parti Afek Tounes et Skander Gharbi membre comité jeune Afek, ont exposé le programme du parti pour le tourisme et l’hôtellerie. Ils intervenaient lors d’une table ronde, organisée récemment par Vatel Business school Tunis,

Le débat était riche et plusieurs questions ont été évoquées ; tels l’Open Sky, le financement des mesures préconisées, le rôle de l’ONTT…
En ce qui concerne l’Open Sky, Afek Tounes soutient l’ouverture du ciel national. Afin de surmonter les réticences actuelles, l’idée proposée serait un programme d’ouverture limité dans le temps, une certaine période de l’année, et/ou dans les lieux, quelques aéroports régionaux. Quant au financement du programme de développement du tourisme, il est envisagé de créer des taxes de séjour ou d’entrée sur le territoire. Il y a aussi la possibilité de faire participer les banques qui profitent de la manne des bénéfices sur le change des devises provenant du tourisme. La STEG, la SONEDE et d’autres institutions qui tirent bénéfices du tourisme pourront être les mécènes d’évènements et d’actions de lobbying en faveur de la Tunisie.
Pour Afek Tounes, l’ONTT doit être réformé pour en faire un vecteur de marketing et de communication à travers les représentations internationales et la présence dans les salons et foires. Son rôle doit également se focaliser plus sur les grands évènements nationaux et internationaux qui ont des retombées directes sur l’image de la Tunisie. Il aura pour tâche d’élaborer la stratégie du tourisme sur la toile : « Nous devons profiter des techniques du marketing viral et du buzz marketing pour faire parler de notre richesse touristique ».
M. Fourati a évoqué les baisses significatives des entrées des touristes aux frontières et des recettes en devises, respectivement de 30% et 32%. Les nuitées ont également accusé un recul de 40% : « La crise n’est pas seulement conjoncturelle, elle est aussi et surtout structurelle. Elle date d’avant la Révolution. Les vrais problèmes du tourisme n’ont jamais fait l’objet de diagnostics sérieux. Les soucis des professionnels ont toujours été étouffés. Car, avant le 14 janvier, la devise était tout va très bien, Madame la Marquise ».
M. Fourati a précisé que l’insécurité est l’ennemi du tourisme : « On ne peut jamais rassurer les touristes sans instaurer la sécurité. Ceci s’applique encore plus à tout investisseur qu’il soit étranger ou tunisien.
Pour le problème de l’endettement des unités hôtelières qui handicape les professionnels, M. Fourati insiste sur le fait qu’il faut classer les hôtels par catégories d’endettement. Il y a un endettement supportable et conjoncturel qui nécessite un rééchelonnement adéquat avec possibilité d’abattements si nécessaire. Il y a un endettement chronique qui nécessite une injection de fonds et une restructuration du capital. Et pour cela une ouverture du capital sera proposée à des fonds d’investissements nationaux et internationaux à créer.
Le programme de Afek Tounes met l’accent sur la classification des hôtels et souhaite refondre les critères jusque là en vigueur : « Il est important de ne plus attribuer le classement des hôtels sur le seul critère de l’investissement, mais privilégier la qualité du service et du personnel. Ce qui poussera les professionnels à mieux recruter et former plus ». Dans le même volet, un plan « Qualité & Formation » est préconisé. Ce dernier mettra en place les outils pour attribuer une « certification& accréditation » aux hôtels qui ont une meilleure qualité de service et par conséquent seront mieux commercialisés auprès des T.O.
Diversifier le produit touristique et encourager l’investissement touristique dans les régions intérieures est un choix stratégique pour Afek Tounes. L’allègement des procédures d’investissement sera étudié en priorité. Trop d’autorisations et de démarches admiratives briment parfois les initiatives des nouveaux promoteurs et de l’innovation en matière de création de nouveaux produits. Le tourisme de culturel, le tourisme sportif, le tourisme d’affaires,… peinent à s’épanouir par manque de stratégie audacieuse. Et ça sera le rôle de la nouvelle institution que souhaite créer Afek Tounes : l’Agence de développement touristique, ADT, avec un partenariat public-privé. Cette instance devra notamment participer à l’amélioration de compétitivité de l’offre, au développement les MICE (meetings-incentives-congress-events), à l’allégement des procédures et l’octroi d’autorisations, à l’encouragement de la créativité en récompensant les projets innovants, au soutient et à la commercialisation sur internet. L’achat de voyage sur internet croit chaque jour. La prise de décision du voyageur se fait sur internet. Le consommateur passif se transforme en conso-acteur. Plus tard, il devient un vecteur de communication actif.
Le représentant d’Afek Tounes s’est attardé sur la question de l’emploi dans le secteur du tourisme et précise que son parti travaillera sur le problème de saisonnalité pour stabiliser les emplois et limiter sa précarité. L’importance du secteur est cruciale en Tunisie. C’est le moins qu’on puisse dire si on observe les indicateurs économiques. Le tourisme participe à hauteur de 7% au PIB et 20% des recettes en devises en 2010. 56% du déficit commercial en est couvert, et 400.000 personnes tirent leurs revenus directement ou indirectement du tourisme.
Le programme d’Afek Tounes réserve également une place de choix à la mise à niveau de l’artisanat et des sites archéologiques. En collaboration avec les deux ministères de tutelles, il prévoit d’entreprendre des programmes spéciaux et des évènements spécifiques pour redorer le blason de ces deux aspects assez marginalisés dans le passé.

Investir En Tunisie
 

Code refrech Site :