Tunisie : l’aéroport d’Enfidha menacé de fermeture ?

TAV_Tunisie.jpgL’aéroport d’Enfidha a été créé sans étude stratégique préalable. Il a été conçu pour servir une mafia politique et économique du temps de l’ancienne dictature. Cette dernière avait pour but de fermer l’aéroport de Monastir pour mieux desservir celui d’Enfidha. C’est ce qu’a précisé M. Mohamed Al Adel, universitaire et président de l’Institut arabo-turc des études stratégiques.

« La preuve est que le gouvernement a accordé à l’opérateur Tepe Akfen Ventures (TAV), une concession d’une durée de 40 ans alors qu’ailleurs dans le monde cela ne dépasse pas les 15 ou 20 ans. Je crois que le gouvernement actuel doit revoir ce projet de partenariat en prenant en considération les intérêts des uns et des autres », a ajouté M. Al Adel.
En fait, TAV a reçu la double concession de l’aéroport d’Enfidha qu’elle a construit et de Monastir qu’elle exploite depuis janvier 2008 pour une durée de 40 ans. Force est de constater aujourd’hui que l’aéroport d’Enfidha, flambant neuf, reste désespérément vide ! Beaucoup critiquent son positionnement géographique, l’absence de stratégie territoriale claire et les motivations réelles de cet investissement important. Tout l’écosystème touristique du Sahel de Mahdia, Monastir et Sousse est aujourd’hui parfaitement desservi par l’aéroport de Monastir. Pour un touriste européen séjournant à Mahdia ou Monastir, le passage par Enfidha se traduit par un doublement de son temps de transport. Un coup très dur pour les professionnels du secteur.
Par ailleurs, l’opérateur turc a détruit tout un site archéologique pour édifier l’aéroport d’Enfidha ! Il s’agit d’un site qui contient le nombre le plus important de trésors archéologiques dans la zone, parmi eux un grand cimetière romain. Les travaux de construction ont détruit le site à 100%. La société turque a commis ce forfait en parfaite connaissance de cause.
L’aéroport, édifié sur un terrain de 2 millions de m², contient aussi, une zone d’activité industrielle et commerciale.
Alors, le bilan est lourd aujourd’hui. Tel un aéroport hors sol, la création de l’aéroport d’Enfidha ne s’inscrit dans aucune stratégie cohérente de développement territorial. Faut-il fermer cet aéroport ?


H.M

 

Code refrech Site :