Tunisie : l’UTICA propose des mécanismes d’amélioration de l’employabilité

UTICA_propose.jpgEmploi et formation complémentaire, les mécanismes d’amélioration de l’employabilité, telles sont les principales thématiques abordées, lors d’une conférence de presse organisée jeudi 15 septembre 2011, à l’occasion du mois de l’emploi.

M. Abdelaziz Halleb, vice-président de la Fédération de l’électricité et de l’électronique (Fedelec), a précisé que l’Union tunisienne de l’Industrie, de Commerce et de l’Artisanat (UTICA), a pour rôle de mettre en direct l’entreprise avec les structures de formation. Cette action de rapprochement consiste à délimiter les principaux constats qui handicapent ce secteur.
M. Halleb a indiqué que la qualification des ressources humaines est un levier de compétitivité de l’entreprise. A ce sujet, l’UTICA a mis en place un réseau sectoriel et territorial qui agi pour cette vision et contribue à sa diffusion. Un nombre d’outils d’observation ont été mis en œuvre par l’Union. Ils ont pour objectif de rapprocher les institutions de formation et l’entreprise
D’abord, il s’agit d’un référentiel des métiers et des compétences. C’est le résultat d’une démarche d’analyse du travail qui permet de dresser, un inventaire de l’emploi, un répertoire réunissant les activités et leurs évolutions. Il permet aussi d’élaborer un rapport des compétences liées à ces activités.
L’UTICA a créé également un schéma régional de développement des ressources humaines. C’est un outil d’aide à la décision en matière de planification du développement RH. Ce processus permet d’identifier les caractéristiques géographiques, démographiques et économiques d’une telle région.
« Il sert à reconnaître même les secteurs dominants et en évolution ainsi que l’offre de formation d’un tel gouvernorat », a révélé le vice-président du Fedelec.
Une étude globale du bassin de l’emploi a été menée par l’Union. Il en ressort que la Tunisie est répartie en 3 bassins d’emploi, dont 50 % est la part du grand Tunis, 30% pour la région de Sud-est, notamment Sfax, le reste est de 20 % divisée entre les gouvernorats Sousse et Monastir.
Sur le plan de la communication, l’UTICA a lancé un site web sous l’adresse : www.metieravenir.tn . Il est destiné à informer les jeunes sur les métiers de l’industrie, les formations et les perspectives de leur réussite professionnelle. L’objectif est de les attirer vers les secteurs où il y a plus d’emplois.
Au cours de cette rencontre, les intervenants ont mis l’accent sur la nécessité d’intervenir, d’une façon correcte, dans le processus de la formation professionnelle. Une évaluation globale à ce secteur semble impérative.
D’autres ont proposé la création des unités de formation spécialisées pour le passage entre université, école et entreprise. Elles ont pour mission d’adapter l’étudiant au milieu industriel.
La majorité des participants ont appelé à se mettre autour de tables et discuter toutes les problématiques relatives à la formation professionnelle. Ainsi, ils ont recommandé une révision rapide au décret de l’organisation de la formation professionnelle, créé en 1995.
De nombreux chefs d’entreprises et des formateurs ont pris part à cette journée ainsi que des représentants d’établissements de la formation professionnelle.

Manel.K
 

Code refrech Site :