Tunisie : les magistrats protestent…

magistrats.jpgLes magistrats ont effectué, vendredi 9 septembre 2011, une marche de protestation contre le limogeage du premier président du Tribunal Administratif Ghazi Jribi. Celui-ci a été remplacé par la magistrate Raoudha Mechichi. Plusieurs magistrats ont participé à la marche.

Certains magistrats ont dénoncé le « limogeage » de Ghazi Jribi « d’une manière suscitant le doute ». Un membre du syndicat des magistrats tunisiens (SMT)
a affirmé qu’il s’agit d’une « atteinte à l’indépendance de la magistrature ». Cela reflète une « hégémonie » du gouvernement de transition sur l’une des principales structures du conseil de l’Etat. Les autorités sont appelées à assumer un rôle essentiel et déterminant dans le règlement des conflits lors de l’élection de l’Assemblée constituante.
Cette nomination, va à l’encontre de la bonne marche de la magistrature administrative. Elle vient aussi saper les efforts tendant à statuer sur le contentieux électoral lors des prochaines échéances, comme l’attestent des personnalités nationales et des organisations internationales », estime le représentant du SMT.

Il s’agit d’une décision « injustifiée », affirme le Syndicat des agents du tribunal administratif relevant de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) qui s’est également élevée contre « la décision de limogeage » de M. Jribi, « connu pour sa compétence, son intégrité et son attachement à promouvoir le tribunal administratif ».
Selon plusieurs magistrats, cette décision confirme l’existence de centres d’influence au sein du Premier ministère qui s’emploie à exercer une main mise sur cette institution constitutionnelle.

A.Fatnassi
 

Code refrech Site :