Tunisair : le transport aérien bât de l’aile

tunisie_aire_09.jpgLe transport aérien a été pleinement touché. Les événements ayant accompagné la Révolution ont fortement frappé le secteur.
Tous les prestataires de services sont confrontés à une situation économique très difficile. Les chiffres avancés par Tunisair confirment la situation morose du trafic aérien :

« La croissance ne serait plus au rendez-vous en 2011. », a indiqué M.Habib ben Slama, directeur central du produit, dans une déclaration à Investir en Tunisie.
C’est une année déjà ratée. Plus de 30 milliards de pertes ont été enregistrés depuis le 14 janvier. « Nous avons perdu pratiquement de 30 à 35% du trafic en l’espace de trois mois », Le nombre de touristes a baissé de 59%. On doit faire le ménage pour ne pas aggraver les déficits. L’année 2012 serait probablement difficile. La reprise interviendrait en 2013 ou 2014 », a-t-il ajouté.
L’activité régulière a baissé de 18% tandis que celle du charter a chuté de 40% :« Nous devons récupérer de 50 à 60% du trafic de la compagnie. 80% de l’activité touristique devrait être également repêchée. On doit protéger le secteur avec tous ses acteurs économiques (hôtellerie, transport, restauration…). Les structures devraient toutes exister (fédération, organisation et association). Le secteur offre 400 000 emplois directs et 400 000 indirects.
Les transporteurs aériens et le ministère du Tourisme travaillent aujourd’hui à redoubler d’efforts pour sauver le secteur. Une convention va être signée incessamment.
Le 1er avril 2011, Tunisair avait signé un accord de partenariat sur une période de 3 ans avec le tour opérateur français Fram. En vertu de cet accord, le voyagiste s’engage à confier à Tunisair son programme charter sur la Tunisie. Il s’agit également d’orienter les demandes de Fram en priorité sur les vols pour le programme régulier.

Khadija.T

Code refrech Site :